Les Rencontres

Moment convivial

Les rencontres ont lieu sur 2 semaines en été, sur un lieu différent chaque année, en France. Le terrain où nous sommes accueillis gracieusement, peut-être prêté par un habitat groupé, un maraîcher, un collectif, une association…

Le but étant de vivre ensemble dans la simplicité volontaire, partager nos expériences d’autogestion et nos savoirs (alternatives, habitat, énergie, vie quotidienne, alimentation, non-violence, décroissance. ..), nos envies de découvrir, d’échanger, mettre la main à la pâte dans divers ateliers et lâcher prise… bref, croquer la vie dans la bonne humeur !

Le camp et le programme sont à construire et à inventer sur place collectivement, à partir de zéro, de ce qu’on trouve sur place, de ce qui a été apporté par chacun-e, du matériel collecté depuis toutes ces années (cuisine collective et chapiteau), d’imagination, de motivation, de sourires et de rigolades !

La préparation avant les rencontres est assurée par une collégiale (constituée à la fin de chaque camp) durant l’année. Mais ensuite, pendant les rencontres, des têtes blondes aux cheveux gris, chacun est invité à participer aux tâches et aux décisions collectives.

Tout est autogéré, avec une recherche de consensus (unanimité exprimée) pour les prises de décision.

Oui mais encore…

Lieu de camp – la Grée

  • Autogestion logistique ou logistique autogérée… qu’est-ce que c’est que ce truc  ?

Cuisiner, faire la vaisselle, vider les toilettes sèches, réapprovisionner de l’eau pour les douches, vider le compost… sont des tâches à réaliser quotidiennement. Un panneau des tâches récapitule ces besoins  chaque jour avec le nombre de personnes nécessaires pour les réaliser. Les participants s’inscrivent d’eux mêmes pour effectuer au moins 1 tâche par jour dans la semaine (estimation faite pour que le camp fonctionne bien), et sont invités à veiller à ce que les équipes soient assez en nombre.

  • Le programme auto-construit collectivement : les ateliers.

La collégiale d’organisation annuelle se charge seulement des aspects logistiques (recherche du lieu, commande de nourriture, logistique en amont,  abris pour les cantines…) mais rien n’est prévu au programme : ce sont les participant-e-s qui le font. Au début de la semaine de rencontre, on fabrique de grands panneaux, un par demi-journée, où les participants inscrivent les ateliers/activités qu’ils proposent, l’horaire, le lieu où l’on se retrouve et c’est tout!

Ces panneaux sont situés sous un chapiteau appelé « chapilopin » qui est le point névralgique de la vie commune. C’est là aussi que les participants déposent et trouvent plein d’informations diverses et variées.

  • Les décisions collectives : le consensus.

    Assemblée générale sous le Chapilopin

Une réunion du camp (Assemblée Générale) a lieu quotidiennement, pour aborder la gestion collective, avec un ordre du jour et sur un temps limité. L’idée est d’avoir régulièrement un moment/lieu de décisions collectives.

Chacun-e peut donc proposer un point à traiter à l’ordre du jour : pour cela, il l’inscrit à l’avance sur le tableau prévu à cet effet.

Une personne est chargée de donner la parole à ceux qui l’ont demandé, une autre est gardienne du temps et de l’ordre du jour, une personne est chargée de noter les accords et désaccords… Toutes les décisions sont prises qu’une fois le consensus atteint.

Parfois, des points trop « gros » demandent plus de temps, des aspects techniques nécessitent un approfondissement entre intéressés  ou des positions peines à atteindre… Si certaines personnes sont motivées pour travailler sur le sujet, il y a création d’un « cocon »  (c’est une commission de confiance) qui amène une réflexion en petit groupe en dehors de l’A.G et fait ensuite une proposition sur le sujet à l’A.G suivante. Si, là encore, on n’avance pas, le sujet peut-être renvoyé à l’A.G annuelle finale.

Pour aller plus loin sur le sujet vous pouvez lire le très bon dossier de S!lence téléchargeable ici.

Partager les valeurs qui nous rassemblent…

La cuisine est collective, végétarienne, bio et locale

… A travers cette expérience du vivre ensemble, avec des décisions au consensus, des ateliers sur la décroissance et les alternatives, l’autogestion, des échanges… mais aussi :

  • Par le respect de chacun, de l’espace de vie de nos hôtes qui nous accueillent bénévolement (en restant dans les espaces qu’ils nous prêtent)  et le respect des affectations des différents espaces (camping ; parking, cuisine collective…). Le camping est un espace réservé au repos et au calme, même en journée, il peut y avoir des bébés et des enfants qui dorment. A la veillée de la nuit, mais aussi le matin, veillons à garder un niveau sonore modéré partout pour respecter le repos des couche-tôt et des lève-tard.
  • A travers le souci d’une empreinte écologique minimale : utilisation de matériaux de récup’, réutilisation, tri sélectif, compostage… l’utilisation de produits d’hygiène naturels pour ne pas polluer l’eau en nous montrant économe (si possible, une douche = une bouteille de 1,5l)…

La cuisine est collective sans alcool, végétarienne, bio et locale.

  • Et par ce que chacun-e est et apporte…

Coté administratif…

Bien loin du terrain, du coin cuisine, du chapilopin ou du coin feu,  les inscriptions se font en amont des rencontres, via le site internet ou auprès d’un membre de la collégiale.

L’adhésion est obligatoire (10 € pour les adultes et 1 € pour les enfants).

Pour le coût des repas et des frais de fonctionnement, on pratique le prix libre avec indicateur de coût réel.

Et vous avez peut-être envie de connaître ce que fait la collégiale, les statuts de l’association, notre charte, le règlement intérieur

Pensez-y…

Évasion musicale

Avant de venir, chacun-e est invité-e à réfléchir à sa contribution :

  • à des ateliers liés à une pratique quotidienne de la décroissance et du vivre ensemble : ses « trucs », ses bricolages maison, ses savoir-faire en matière de massages, communication non violente, consensus, arts martiaux, potager, tricot, construction de poêles économes, activités pour les enfants, avec sa bonne humeur, ses envies de découvertes, ses cahiers de chants, ses instruments de musique…
  • à tout ce qui pourrait servir sur place : petits outils, gants, feutres, papiers, son groupe électrogène fonctionnant à l’huile de carotte ou son chauffe-eau alimenté au cumulonimbus, ses marabouts, chapiteaux, grandes tentes, yourtes ou abris bambous

Si vous avez des idées, des infos, à partager en attendant les rencontres, vous pouvez utiliser le forum sur le site pour échanger, débattre, proposer…

Au plaisir de vous rencontrer…

Voilà, par un résumé trop résumé, qui sont les Ami-e-s de S!lence…

A très vite, pour construire ensemble ces belles rencontres !!!